Belle famille

Un spectacle des Comédiens de la Tour
1997

Vers quel cirque va nous mener ce curieux contraste ?

Distribution

Avec (par ordre d’entrée en scène) :

  • Agathe : Laure Boinet
  • Abel : Pierre Dufresne
  • Le Vieux : Pierre Corveaule
  • La vieille : Valérie Colombo puis Dominique Croas
  • Magdalena : Dominique Croas puis Marie-Jo Rouquette

Mise en scène : Hubert Pinel assisté de Cécile Cros

Régie : Frédéric Joiselle

Décors : Hubert Pinel

Maquillage : Elisabeth Merly, Sandrine Duval

Remerciements à François Surgis « Le jardin des épinettes » pour le prêt des caisses et à Maurice Langlois pour la réalisation des grandes caisses.

L'histoire

Agathe vient de se marie r avec Abel. Son rêve semble se réaliser : l’amour absolu dans un château avec un mari beau et intelligent.
Mais rapidement, son mari et ses beaux-parents vont lui imposer une toute autre vision du bonheur.
Saltimbanques à la retraite, le vieux et la vieille (les beaux-parents) vont tenter d’attirer Agathe dans leur monde malgré sa volonté.
Pour Agathe, « il y aura sans doute une période d’adaptation », mais pour les beaux-parents, accepter une belle-fille, signifie plutôt la prendre pour cible !

La pièce

Dans « Belle Famille », créée en 1981, on retrouve des thèmes chers à Victor Haïm comme les jeux dangereux ou la cruauté des rapports humains. Ces thèmes sont également présents dans « La Valse du hasard ».
Mais outre ces éléments constitutifs de l’action, Victor Haïm cherche à nous emmener plus loin et à bâtir des réflexions plus profondes sur des notions comme le bonheur, l’injustice, l’inégalité, la différence.
En poussant les relations entre ses personnages à leur paroxysme, Victor Haïm agit sur nous par petits électrochocs en nous faisant prendre conscience de la fragilité de l’être humain et de son besoin de l’autre pour survivre
Dans « Belle famille », Victor Haïm appréhende la notion du bonheur et nous montre le caractère illusoire que peut avoir la recherche d’un bonheur sans faille.
La richesse du texte soutient avec force des visions opposées du bonheur et permet par sa truculence, de vivre cette histoire sur le ton d’une comédie, aussi corrosive soit-elle.

La galerie photos
Les vidéos