L’Avare

logo
2017

De l’argent, de l’argent, de l’argent ! Ils n’ont que ce mot à la bouche ! De l’argent !

Distribution

Avec (par ordre d’entrée en scène) :

  • Harpagon : Gérard Foucher
  • Élise : Carine Vallée
  • Valère : Jérôme Raimbault
  • Cléante : Pierre-Arthur Blanchet
  • La Flèche : Élisabeth Merly
  • Maître Simon : Hubert Pinel
  • Frosine : Nicole Pertat
  • Maître Jacques : Olivier Baudry
  • Dame Claude : Jenny Bennitt ou Fabienne Gerber
  • Brindavoine : Hubert Pinel
  • La Merluche : Corinne Goutard ou Céline Collet
  • Mariane : Élodie Le Scanff puis Julia Mendes
  • Le commandant : Isabelle Delecourt
  • Le brigadier : Fabrice Norka
  • Anselme : Didier Lefebvre

Mise en scène : Franck Martinière

Régie son et lumière : Philippe Maës et Franck Martinière

Décors : Olivier Baudry, Alexandra Bergonzoni, Gérard Foucher, Franck Martinière et Viviane Poret 

Costumes : Jenny Bennitt, Corinne Goutard, Elisabeth Merly

L'histoire

Tout l’entourage d’Harpagon souffre de son avarice. Son fils est contraint de s’endetter pour tenir son rang, sa fille n’ose lui faire part de son envie de se marier, son personnel doit vivre chichement, faire des économies sur tout et les personnes qui font affaire avec lui ont le plus grand mal à se faire régler leur dû. Pourtant sa salle du trésor est bien garnie et cet homme si dur et sec avec ses semblables est d’une tendresse infinie avec son cher argent et son or adoré. Il jubile parmi ses richesses.

Alors pourquoi ce pingre, ce fesse-mathieu a-t-il décidé de se remarier avec la jeune Marianne qui n’est autre que la fiancée de son fils. L’amour est-il fait pour un homme comme lui ?

C’est l’affront de trop et son entourage va tout faire pour que ce mariage ne se fasse pas.

La pièce

L’Avare a été inspiré à Molière par une pièce de Plaute : La Marmite (Aulularia) qui date d’environ deux cents ans avant Jésus-Christ.

La réécriture et l’imitation des pièces anciennes sont choses courantes du temps de Molière et sont pratiquées par beaucoup de ses contemporains.

Mais Molière apporte des éléments nouveaux à la comédie de l’auteur latin et le sujet n’est pas exactement le même.

Le personnage principal de la comédie de Plaute, Euclion, est un homme pauvre qui a trouvé un trésor enfermé dans une marmite (d’où le titre de la pièce). Depuis qu’il a découvert ce trésor, il craint de le perdre et vit dans l’angoisse d’être volé.

Euclion n’est pas né avare, il l’est devenu avec cette fortune qui lui est tombée du ciel. Alors qu’Harpagon est un bourgeois très riche au cœur asséché par son avarice. La Marmite est surtout une comédie d’intrigue.

Dans L’Avare, Molière ajoute à l’intrigue une étude de mœurs du milieu bourgeois du XVIIe siècle. Il se moque de la propension de la jeunesse à vouloir suivre la mode et mener grand train. Il souligne le côté mercantile des mariages arrangés tels qu’ils étaient pratiqués dans la bourgeoisie de l’époque dans le but soit de s’enrichir soit de s’anoblir. Il aborde également le rôle de l’argent dans ses rapports avec le pouvoir. Harpagon profite de son argent pour imposer ses volontés à son entourage. Il est craint à défaut d’être respecté. Il est exposé à la flatterie. Et ceux qui espèrent un peu de son argent ne lui retournent qu’une image déformée de lui-même.

La galerie photos
Les vidéos